Polars & Thrillers

Cinabre – Nicolas Druart

Cinabre, c’est la couleur de l’hôtel le plus chic de Toulouse, étau de velours fréquenté par une clientèle fortunée. Un rouge minéral qui rappelle la couleur du sang.

L’Hôtel Ferdinand fut le théâtre d’un quadruple homicide dans les années 1980. Son directeur, Eugène Ferdinand, y massacra sa famille avant d’être abattu par la police. Toute sa famille sauf Richard, petit dernier miraculé. C’est lui-même qui décidera trente ans plus tard de rouvrir l’établissement… Mais on n’efface pas à coups de travaux monumentaux une réputation sulfureuse.

Les Rois de Pique sont six anciens camarades de promo qui ont fui l’hôpital pour se lancer en indépendants. Lorsque l’un d’eux disparaît après avoir soigné une cliente de l’Hôtel Ferdinand, personne ne semble s’en émouvoir. Seul Elliot Akerman, infirmier sensible et sans concession, va partir à sa recherche.

Pendant ce temps, Toulouse vit sous la terreur d’un tueur qui attaque ses victimes au sabre. Est-il isolé ? Et qui doit se sentir menacé ? Pour le capitaine Aubert et son équipe, c’est le début d’un combat sans fin contre une hydre voilée par des nappes de sang.

01

J’étais impatiente de retrouver Nicolas Druart car il me reste toujours en mémoire « l’enclave » son roman précédent pour lequel j’avais eu un véritable coup de cœur.

Dès que j’ai eu ce livre entre les mains, j’ai tout d’abord apprécié sa couverture rouge et noire au toucher doux et feutré qui fait référence au titre puisque le cinabre est un pigment de teinte rouge vermillon obtenu par broyage et lavage de l’espèce minérale de sulfure de mercure, mais aussi à la couleur du sang qui sera versé dans l’hôtel Ferdinand. Rassurez-vous rien de scientifique dans ce thriller qui brille par son originalité car Nicolas Druard a énormément d’imagination et tout comme dans l’enclave l’histoire se concentre sur un lieu mythique l’Hôtel Ferdinand à Toulouse qui fut le théâtre d’un quadruple homicide.

L’histoire alterne entre une enquête menée par Antoine Aubert et ses équipiers qui recherchent activement celui ou celle qui sème la terreur dans la ville en tuant des individus avec un sabre et la recherche que mène Elliot Akerman suite à la disparition de son collègue infirmier. Elliot est de suite un personnage attachant sans une once de méchanceté et qui n’hésite pas à dompter ses peurs pour retrouver son ami. Il réside en face de l’hôtel Ferdinand où il n’a jamais mis les pieds pourtant sa profession d’infirmier va le mener dans les couloirs de cet endroit rempli de secrets. « L’Hôtel Ferdinand n’a jamais rendu fou les clients qui y entrent ou qui en sortent. Il rend fous ceux qui ne peuvent plus y revenir. »

Toutes les pistes, les ingrédients sont habilement distillés pour en faire un page-turner. L’ambiance pesante est présente dans les trois quarts de l’histoire car dans cet hôtel se côtoient le luxe, le mystère, la luxure avec cette part d’inconnue dans différents étages qui ne sont pas accessibles aux visiteurs et a la plupart des résidents. Cela donne un sentiment d’oppression comme dans tous les lieux clos et mystérieux que l’on peut rencontrer.

Des indices, des revirements de situations, des pistes suggérées, imaginées tout est fait pour que l’on ait envie de savoir et en même temps de ne pas terminer trop tôt ce thriller. J’ai passé un excellent moment au milieu de personnages bien développés même si celui qui est le plus important est l’hôtel Ferdinand.

Je vous conseille à tous la lecture de « cinabre » pour la fluidité de l’écriture, le mystère qui réside autour d’un lieu mythique et l’imagination de l’auteur. Vous l’aurez compris, j’ai passé un excellent moment de lecture.


Cinabre – Nicolas Druart – mars 2022 – Harper collins

2 réflexions au sujet de “Cinabre – Nicolas Druart”

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s