Interviews d'auteurs

A la rencontre de Sandrine ROY

Une petite interview de Sandrine Roy afin de vous faire découvrir une auteure que j’affectionne et qui écrit dans différents styles pour contenter un maximum de lecteurs.

Tu viens de sortir ton 6ème livre « dessiner les nuages » aux Editions du Loir et pour les lecteurs qui ne te connaissent pas encore, peux-tu te présenter en quelques mots.

Je suis originaire de Bègles en région bordelaise où j’ai vécu presque toute ma vie et où j’ai fait des études de lettres. Je vis à présent dans un village près de Montauban. Je travaille au sein de l’équipe éducative d’un collège privé.

Ta série policière en 4 tomes intitulée Lynwood Miller n’est pas passée inaperçue dans les rayons des libraires. La dépêche te site dans son article du 07/9/2021 sur la rentrée littéraire. Lors de l’écriture de la première histoire, avais-tu l’intention de la poursuivre où cela t’est venue au fur et à mesure du succès rencontré et /ou à la demande de tes lecteurs ?

Dès le début, je voulais faire de Lynwood Miller un personnage récurrent. J’ai écrit les romans quasiment d’affilée et j’aurais volontiers continué la série mais les choses ont évolué autrement alors j’ai stoppé à la 4ème aventure.

Avec « dilemne » paru en 2020, tu nous fais découvrir un polar glaçant et sanglant. De quoi t’es-tu inspirée pour construire ton histoire ?

Le thème de Dilemme est parti d’un constat dont j’ai pris conscience depuis déjà pas mal d’années qui est celui de la surpopulation. Les déchets et la pollution générés par l’humanité a tendance à me mettre hors de moi. J’ai voulu créer un tueur dont la psychose est motivée par ces problèmes très actuels. J’ai également souhaité mettre en scène un enquêteur très éloigné des personnages flics torturés qui abondent dans la littérature policière à succès. Louis Salvant-Perret est un homme normal, avec ses faiblesses et ses qualités ; il ne traine pas un passé traumatisant, ne boit pas, ne se drogue pas, n’a pas de compte à régler avec qui que ce soit.

Aujourd’hui avec « dessiner les nuages » tu nous démontres que tu as plusieurs cordes à ton arc. Changement radical de style pour une histoire profondément humaine sur fond de seconde guerre mondiale. Pourquoi ce changement ? 

Il faut savoir que je n’ai pas commencé à écrire il y a 6 ans avec Lynwood Miller. J’écris depuis mon enfance et je dois bien reconnaître que je n’avais jamais écrit de roman policier avant d’attaquer les Lynwood. Je ne suis donc pas une romancière de littérature noire, il se trouve simplement que les premiers romans qui ont été publiés sont des policiers. Dessiner les nuages n’est donc pas un changement radical pour moi mais je comprends que le lecteur puisse avoir cette impression.

La préface de « dessiner les nuages » a été réalisée par la talentueuse Mireille Calmel. C’est un super cadeau. L’as- tu rencontrée ? 

Malheureusement, je ne connais pas personnellement Mireille Calmel. C’est grâce à Nelly Burglin Razik, notre agent au sein des éditions du Loir que la talentueuse écrivaine a accepté très gentiment de lire et de préfacer « Dessiner les nuages ». Je dois normalement la rencontrer au mois d’avril lors du salon de Courtry, en région parisienne. Nous avons néanmoins échangé par mails.

Merci Sandrine d’avoir répondu à mes questions. J’espère que cela vous aura donné envie de découvrir une auteure aux multiples facettes que vous pourrez retrouver dans de nombreux salons littéraires et chez votre libraire pour les commandes.

1 réflexion au sujet de “A la rencontre de Sandrine ROY”

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s