Littérature générale

Visa pour l’éternité – Laurence Couquiaud

En 1939, Ewa fuit la Pologne envahie pour trouver asile en Lituanie. Leib, médecin, a assisté impuissant à l’anéantissement de Varsovie. Dans ce petit état balte, les réfugiés juifs tentent de reconstruire leur vie. Mais la menace d’une invasion plane et il faut repartir.
Toutes les ambassades ont fermé leurs portes. Sauf une : celle du Japon, où le consul Sugihara, agent de renseignement et diplomate, délivre des visas. Ewa, Leib et leurs amis du groupe des écrivains yiddishs doivent affronter les officiers de sécurité russes et la menace du goulag avant de pouvoir traverser le continent et la mer jusqu’au Pays du Soleil Levant. De là, destination Shangai, alors sous contrôle japonais, où, dans un ghetto sordide, ils survivent en espérant la libération et une nouvelle terre d’accueil…

01

J’attendais avec une grande impatience la sortie du prochain roman de Laurence Couquiaud car son roman précédent , « l’échappée douce » (mon avis en cliquant sur le titre) fut une très belle découverte et un vrai coup de cœur.

Changement total de thème avec « visa pour l’éternité ». Cette histoire sur fond de seconde guerre mondiale nous entraine tout d’abord à Varsovie où les deux personnages principaux d’origine juive, Ewa et Leib vont tout faire pour sauver leurs vies. Ewa quitte la Pologne en 1940 après avoir assisté à l’assassinat de son mari. Enceinte, elle va braver le froid, la faim et tous les dangers pour donner naissance à une petite fille, seul lien qui la relie à son mari David. Sur son chemin elle va rencontrer Leib un médecin qui en croisant Ewa et sa fille, repense à sa propre femme qui n’est hélas plus de ce monde. Ils décident de faire route ensemble car ils se doutent que ce déracinement nécessaire à leur survie sera douloureux et semé d’embuches. Arrivés en Lituanie ils vont tout faire pour se reconstruire mais la menace d’une invasion va les pousser à quitter ce pays dans lequel ils avaient espérer repartir à zéro.

Ils vont pousser les portes de l’Ambassade du Japon où le consul Sugihara, va leur délivrer des visas qui vont leur permettre après bien des périples, des frayeurs et des dangers de recommencer à vivre. Ce couple sera profondément marqué par les étapes traversées peuplées de violence et de misère humaine. Un déracinement qui sera très douloureux mais ensemble ils seront plus forts, plus confiants. Cette amitié et le profond respect qu’ils éprouvent l’un envers l’autre va se transformer petit à petit en un véritable amour.

Je ne connaissais pas du tout cette période de l’histoire et j’avoue que cela aurait été un plus. Cependant grace à ce roman dont l’histoire est basée en partie sur des faits réels j’ai pu découvrir une période méconnue et l’existence du consul Sugihara seul homme qui n’a pas fermé sa porte aux migrants en leur délivrant des visas pour le Japon et qui a réellement existé.

Une lecture qui fut très agréable. La partie historique est très bien expliquée sans longueurs et détails inutiles. Les personnages sont attachants, émouvants, déterminés et véritable acteurs de cette histoire. Dans « visa pour l’éternité » on sent le travail de recherches très précis de Laurence Couquiaud qui de sa plume fluide et précise nous offre une histoire tragique et bouleversante.


EAN : 9782226458483

Visa pour l’éternité – Laurence Couquiaud – octobre 2021 EAN : 9782226458483 – Editions Albin Michel

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s