Littérature générale

Les roses fauves – Carole MARTINEZ

«Peu après la sortie de mon premier roman, Le cœur cousu, une lectrice m’a raconté une coutume espagnole dont j’ignorais l’existence : dans la sierra andalouse où étaient nées ses aïeules, quand une femme sentait la mort venir, elle brodait un coussin en forme de cœur qu’elle bourrait de bouts de papier sur lesquels étaient écrits ses secrets. À sa mort, sa fille aînée en héritait avec l’interdiction absolue de l’ouvrir. J’ai métamorphosé cette lectrice en personnage.
Lola vit seule au-dessus du bureau de poste où elle travaille, elle se dit comblée par son jardin. Dans son portefeuille, on ne trouve que des photos de ses fleurs et, dans sa chambre, trône une armoire de noces pleine des cœurs en tissu des femmes de sa lignée espagnole. Lola se demande si elle est faite de l’histoire familiale que ces cœurs interdits contiennent et dont elle ne sait rien. Sommes-nous écrits par ceux qui nous ont précédés?
Il faudrait déchirer ces cœurs pour le savoir…»

01

Lire un livre de Carole Martinez c’est se plonger à la fois dans un conte et dans la réalité. Avec « les roses fauves » elle entremêle plusieurs histoires et il est parfois un peu compliqué de s’y retrouver. Grace à ses talents de conteuse on est très vite entrainé dans l’histoire et dans les secrets que cachent ces cœurs en tissus.

Une incursion dans la vie de plusieurs femmes mais surtout dans celle de Ines Dolores qui a vécu mettant en avant sa féminité et son indépendance. Elle a aimé intensément en ne mettant aucun barrage dans ses amours qui n’étaient en fait que des relations sans forcément de lendemain. Ses plaisirs elle les a assouvis mais en a souffert aussi.

Retour dans le présent dans un petit village de Bretagne où l’écrivaine loue un maison afin de se plonger dans la vie depersonnages aperçus sur une carte postale et qui n’ont cessé de la hanter notamment une jeune fille dont la particularité était de boiter. Le jour où elle se rend à la poste du village, elle s’aperçoit que Lola la postière boite. Elle est à la fois ravie et déstabilisée par sa découverte et trouve enfin le sujet de son prochain roman.

Une amitié nait entre ces deux femmes et lorsque Lola lui parle des cinq cœurs en tissus qui dorment dans son armoire, elle lui révèle aussi l’interdiction de les ouvrir et de lire les évènements d’une vie qu’ils contiennent. Seulement lorsque l’un des cœurs trop usé se déchire, les petits papiers s’éparpillent et dévoilent la vie d’une femme qui porte le nom d’une de ses aïeules Inès Dolorès. Au milieu des papiers, un petit sachet de graine de rose qui vont se révéler envahissantes, dévorantes et magiques.

Une lecture en demie teinte pour moi car je n’ai adhéré qu’à la première partie de l’histoire. Je n’ai pas réussi à m’attacher a Lola et à cerner sa personnalité. Cependant, j’ai quand même retrouvé le style, les mots, l’ambiance des romans de Carole Martinez qui permettent le voyage et l’évasion.


Les roses sauvages – Carole MARTINEZ – Parution aout 2020 – Editions Gallimard

1 réflexion au sujet de “Les roses fauves – Carole MARTINEZ”

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s