Romans noirs

Chambres noires – Karine GIEBEL

Il y a des soupirs, des souvenirs et des sourires.
Il y a ces jours sans fin et ces nuits sans chaleur. Cette sensation d’être sale, d’être rien, moins que rien.
Ces dangers qu’on n’a pas vus venir, ces risques qu’on n’a pas osé prendre. Ces tentations auxquelles on n’a pas eu la force de résister.
Il y a ces mauvais héritages, ces mauvais choix, mauvaises pentes, mauvais départs.
Il y a ce manque de chance.
Il y a cette colère, ce dégoût.
Il y a…
Des fois où on préférerait être mort.

01

Retrouver Karine Giebel est toujours pour moi un grand plaisir. Effectivement certains diront qu’elle explore rarement les choses positives de l’existence mais je trouve que dans les nouvelles qu’elle nous présente depuis quelques années notamment avec d’ombre et de silence et celles qu’elle offre chaque année dans 13 à table, il y a beaucoup d’humanité et d’émotions. Elle semble très à l’aise dans ce style loin d’être facile et je n’en sors jamais déçue car tout est étudié, abouti et on ne reste pas sur un sentiment de pas assez ou pas suffisamment finalisé.

Quatre nouvelles basées sur l’emprisonnement et ses différentes formes. Chacune porte le nom d’un grand film apprécié par l’auteur et vous les connaissez surement. Tous les personnages, les lieux et les parcours de vie de chacun ne vous laisseront pas indifférents..

Le vieux fusil : Atmosphère sombre, lieu clos, froid, et humide pour un homme qui pensait ne jamais être rattrapé par son passé de meurtrier. Il va souffrir du manque de nourriture, de lumière, de silence et de solitude. L’espoir sera là, toujours car il y a toujours une fin à toute atrocité mais à quel prix ?

L’armée des ombres : Mathilde est une jeune femme et une mère courage. Prisonnière de son passé, de ses choix pas toujours judicieux, elle passe sa vie à courir entre trois emplois qui ne lui rapportent même pas de quoi s’offrir un toit. Le seul trésor qu’elle possède sa fille qui dort chez par sa sœur car elle n’a même pas la possibilité de payer un loyer. Les nuits elle les passent dans sa voiture sur des parkings où les désœuvrés se retrouvent. Dans cette voiture elle se sent libre, mais se sortir de cette prison sociale à un prix à payer.

Un monde parfait : Dans la vie, un homme est sensé protéger sa famille, pourtant Axel n’est pas doué pour ce role et va le payer très cher. Prisonnier de ses rêves, il ne pourra agir quand le danger frappera les siens, bientôt il sera trop tard.

Au revoir les enfants : Yvonne a 96ans et ses journées elle les passe au sein d’un EPHAD. Elle aime coucher sur le papier ses souvenirs afin que personne n’oublie ce qu’elle a vécu lors de la seconde guerre mondiale et surtout pas sa nièce Aurélie. Lors de cette guerre elle a été profondément marquée par la sélection qui se faisait dans les camps de travail. On choisissait les plus robustes, on séparait les mères de leurs enfants, on sélectionnait. Aujourd’hui une pandémie sévie dans le monde et aujourd’hui encore une sélection s’opère. On tente de sauver tout le monde mais on privilégie ceux qui seront encore actifs et aptes à travailler. Dans les EPHAD quand les gels et les masques ne suffisent plus, on distribue des kits de survie. Cette nouvelle est de loin la plus émouvante et ce parallèle entre la seconde guerre mondiale et la situation sanitaire que nous vivons aujourd’hui est une réussite. Karine Giebel a osé écrire ce rapprochement entre deux époques et il est très difficile d’y être insensible. Les mouchoirs sont de sortie.

En relatant des histoires sombres, touchantes et profondément humaines, Karine Giebel prouve une nouvelle fois ses talents d’observatrice de notre société et sa passion pour les plus faibles et les abimés de la vie. Je suis une adepte de l’auteure et de ce style de lecture. A chaque sortie littéraire je ne me pose aucune question, je fonce.

Vous trouverez d’autres nouvelles très courtes parues dans le recueil « 13 à table » que je vous laisse lire ou rédécouvrir.


Chambres noires – Karine GIEBEL – Parution novembre 2020 – Editions Belfond – novembre 2021 – Pocket

4 réflexions au sujet de “Chambres noires – Karine GIEBEL”

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s