Littérature générale

Les victorieuses – Laëtitia COLOMBANI

20190521_162738

À 40 ans, Solène a tout sacrifié à sa carrière d’avocate  : ses rêves, ses amis, ses amours. Un jour, elle craque, s’effondre. C’est la dépression, le burn-out.
Pour l’aider à reprendre pied, son médecin lui conseille de se tourner vers le bénévolat. Peu convaincue, Solène tombe sur une petite annonce qui éveille sa curiosité  : «  cherche volontaire pour mission d’écrivain public  ». Elle décide d’y répondre.
Envoyée dans un foyer pour femmes en difficulté, elle ne tarde pas à déchanter. Dans le vaste Palais de la Femme, elle a du mal à trouver ses marques. Les résidentes se montrent distantes, méfiantes, insaisissables. A la faveur d’une tasse de thé, d’une lettre à la Reine Elizabeth ou d’un cours de zumba, Solène découvre des personnalités singulières, venues du monde entier. Auprès de Binta, Sumeya, Cynthia, Iris, Salma, Viviane, La Renée et les autres, elle va peu à peu gagner sa place, et se révéler étonnamment vivante. Elle va aussi comprendre le sens de sa vocation : l’écriture.

Près d’un siècle plus tôt, Blanche Peyron a un combat. Cheffe de l’Armée du Salut en France, elle rêve d’offrir un toit à toutes les exclues de la société. Elle se lance dans un projet fou  : leur construire un Palais.01

Contrairement à beaucoup de lecteurs je ne connais pas encore Laetitia Colombani. Son premier roman « la tresse » a eu un énorme succès, il est bien sûr dans ma pile à lire et je ne manquerai pas de vous en parler après lecture.

Les victorieuses ce sont ces femmes qui se battent tous les jours pour survivre, pour sortir la tête de l’eau quand la vie les a oubliées et qui sont restées un beau jour sur le quai, seules et sans ressources. Dans le Paris d’aujourd’hui Solène va les rencontrer au palais de la femme cet endroit qui accueille toutes celles qui dorment dans la rue, qui n’ont plus de repère et qui ont besoin d’aide. Elles sont parfois agressives, désemparées, démunies tout en restant battantes. Devenir écrivain public est un moyen pour Solène de sortir des quatre murs de son appartement et de découvrir un monde inconnu face auquel elle ne se sent pas à l’aise comme dans une autre dimension. Ces femmes meurtries, il faut les apprivoiser, petit à petit, leur redonner confiance et au fur et à mesure de ses visites et au travers des mots. Solène va aussi beaucoup apprendre de leur parcours. Entre joie et peine, une nouvelle vie semble poindre à l’horizon.

Les chapitres alternent entre passé et présent et Blanche Peyron fait aussi partie des femmes victorieuses. Tenir un foyer n’a jamais été son choix de vie, elle préfère s’enrôler dans l’armée contre l’avis de ses proches pour se rendre utile. Elle est déterminée, inventive et plaidera sans relâche la cause de plus démunis. Albin son mari ne cessera de la soutenir, de la freiner aussi parfois car la fatigue se fait sentir et sa santé commence à se dégrader. Rien n’arrêtera Blanche. Son entêtement et sa détermination vont donner naissance au palais des femmes en 1926, acheté par l’armée du salut et aménagé pour accueillir celles qui ont envie de vivre et de reprendre goût à la vie.

Son visage porte l’empreinte des batailles livrées, des larmes répandues, des déceptions subies, de l’attitude et du mépris dont il a fallu triompher. Blanche est debout dans son palais, épuisée mais en vie, honorée de cicatrices et chargée de trophées. p205

Blanche Peyron a réellement existé et le palais des femmes impose encore sa silhouette dans le quartier de Charonne à Paris. Cette femme, mère de six enfants a été trop vite oubliée et n’a pas été suffisamment mise à l’honneur, mais sa récompense est d’être allée jusqu’au bout de ses envies en menant sa bataille vers la victoire.

Ce roman de 220 pages est assez court mais très riche en sentiments, en émotions et j’avoue l’avoir savouré. Laêtitia Colombani sait manier les mots et nous transporter habilement dans une formidable histoire.


Les victorieuses – Laëtitia COLOMBANI – Parution mai 2019 – Editions Grasset

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s