Littérature générale

Mon père – Grégoire DELACOURT

20190223_182035

Le narrateur est cet homme qui a toujours été marqué,  lors de séances au catéchisme par l’histoire d’Isaac, ce fils offert en sacrifice par son père sur le mont Moriah, miraculeusement épargné et qui dès lors se réfugiera dans le silence.

Aujourd’hui, après un mariage raté  il lui reste son fils auprès duquel il s’efforce de tenir son rôle de père du mieux possible car les seuls souvenirs qu’il a de son propre père, boucher de profession, c’est le sang qu’il avait perpétuellement sur les mains, triste constat et triste modèle.

Tout va s’écrouler le jour où il apprend par hasard que son fils à été abusé par un prêtre lors d’un camps d’été. Il cherche à le rencontrer, se rend dans la paroisse de ce dernier et saccage tout ce qu’il trouve dans le lieu de culte : chaises, tabernacle, crucifix …. jusqu’à l’apparition du prêtre attiré par le bruit et les gestes de cet homme devenu fou et qui lui explique que celui qui a abusé de son fils a été déplacé dans une autre église.

Un huit clos va alors se mettre en place entre ces deux hommes. Le chemin vers la vérité saura t-il apaiser la culpabilité de ce père ?

01

Grégoire Delacourt est un auteur que j’apprécie pour la qualité de son écriture mais également pour les sujets abordés : L’amour, la famille, le temps qui passe. Avec mon père, il aborde un thème complexe autour d’un sujet de plus en plus d’actualités les abus sexuels sur les enfants commis par des prêtres. (Sortie prochaine du film « grâce à Dieu » de Fancois Ozon).

Etre parents c’est avant tout se dire qu’on sera toujours là pour nos enfants, qu’on fera toujours le maximum pour eux et surtout qu’on saura les protégera des autres, du monde extérieur et de tout ce qui pourra leur être nocif. Difficile alors quand on apprend incidemment que son propre enfant a été violé et que l’on a rien vu, rien détecté dans son attitude, de gérer la culpabilité qui vous occupe nuit et jour.

La déception d’avoir fait confiance aux institutions sensées protéger et défendre et qui dans un silence monacal s’adonnent aux plus abjects des actes. Le silence de ceux qui savent et qui se taisent et le silence de celui qui subit mais qui par honte ou par peur n’ose se confier même à son propre père.

Un sujet difficile superbement mis en avant avec des phrases et des mots qui vont droit au but et dans lesquels transparaient haine, tristesse et solitude. Grégoire Delacourt nous offre une roman criant de vérités.  Vous pouvez retrouver mon avis sur ses autres romans « danser au bord de l’abîme » ici et « la femme qui ne vieillissait pas » ici.  

4ème de couverture :

Ce monde ne sera guéri que lorsque les victimes seront nos Rois.

Je me suis toujours demandé ce que je ferais si quelqu’un attentait à l’un de mes enfants. Quel père alors je serais. Quelle force, quelle faiblesse. Et tandis que je cherchais la réponse, une autre question a surgi : sommes-nous capables de protéger nos fils ?


Grégoire DELACOURT – Mon père – Parution février 2019 – Editions jc Lattès

3 réflexions au sujet de “Mon père – Grégoire DELACOURT”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s