Littérature générale

Le tombeau d’Apollinaire – Xavier-Marie BONNOT

20181204_164920

Dans les tranchées de la Grande Guerre, le sergent Philippe Moreau dessine les horreurs qu’il ne peut dire. Son chef, le sous-lieutenant Guillaume de Kostrowitzky, écrit des articles, des lettres et des poèmes qu’il signe du nom de Guillaume Apollinaire. La guerre, comme une muse tragique, fascine l’auteur d’Alcools. Pour Philippe Moreau, jeune paysan de Champagne, elle est une abomination qui a détruit à jamais son village.
Blessés le même jour de mars 1916, les deux soldats sont évacués à l’arrière et se perdent de vue. Philippe Moreau va tout faire pour retrouver son lieutenant. Une quête qui l’entraîne jusqu’à Saint-Germain-des-Prés et Montparnasse, où il croise Cendrars, Picasso, Cocteau, Modigliani, Braque…
Guillaume Apollinaire est mort il y a tout juste cent ans. À travers le regard attendri et critique d’un sacrifié de la Grande Guerre, Xavier-Marie Bonnot raconte avec puissance les dernières années de la vie de l’auteur du Pont Mirabeau.

01

L’horreur de la grande guerre est présente dans toutes les pages de ce livre. Cependant, c’est surtout l’histoire d’une rencontre. Tout d’abord celle de deux hommes. Ce jeune sergent qui a froid, qui a faim et pour réussir à supporter ce qui l’entoure, il ingurgite de l’alcool. Essayer de comprendre ce qu’il fait là et obéir aux ordres fusil à la main. Les puces, les rats et les morpions font aussi partie de ses compagnons. Chaque jour, il voit disparaître trop de gars qui comme lui n’aspiraient qu’à de jours meilleurs.

Il va côtoyer ce sous-lieutenant, cet être bizarre, poète et écrivain, toujours un papier à la main. Une rencontre particulière au milieu du chaos et des bombes . Philippe sera fasciné par la personnalité de Guillaume de Kostrowitzky.

La seconde partie de ce livre nous entraîne dans certains quartiers de Paris où Philippe Moreau et  Guillaume de Kostrowitzky se retrouvent après avoir été blessés et démobilisés. La culture, la poésie, les idées artistiques vont se côtoyer avec Modigliani, Cendrars, Cocteau …. et la passion de Philippe pour le dessin va s’affirmer.

Un livre profondément humain où l’auteur arrive à nous faire entrevoir la lumière au milieu de la guerre. Découverte de talents, échange d’idées et de passion toujours plus affirmées. La mort rode, mais la vie, l’amour sont là pour atténuer la douleur de la guerre.

Un très bel hommage à Apollinaire, aux artistes et à ceux qui ont connu les horreurs de cette guerre. Xavier Marie-Bonnot a réussi un très beau roman, qui devrait être étudié dans certains cours pour la beauté de l’écriture et le sujet bien détaillé et sans longueurs.


Le tombeau d’Apollinaire -Xavier-Marie BONNOT – Parution octobre 2018 – Editions Belfond

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s