Polars & Thrillers

Le silence et la fureur – Natalie CARTER & Nicolas D’ESTIENNE D’ORVES

 

silence

Max King pianiste de renommée mondiale vit reclus sur son île du Canada depuis « l’accident ».  Isolé, seul, torturé par ses démons, prisonnier de ses obsessions et de ses cauchemars. La moindre note de musique lui est devenue insupportable et lui procure de violents malaises. Sa passion est devenue sa pire ennemie. La seule personne qu’il tolère, Susan, sa gouvernante qui passe avec lui la plupart de ses journées. Son quotidien n’est fait que de rituels comme cette ballade qu’il fait chaque jour, seul, sur le bords d’une falaise où son théâtre désormais à l’abandon est devenu le refuge d’arbres sauvages et des animaux alentours.

 Dieu que la vue était belle ! A la fois terrifiante et séduisante la falaise plongeait dans le vide. Tous lui avaient déconseillé de bâtir son théâtre au bord d’un lieu aussi dangereux, mais cela participait justement de la magie de Lost Lake : ici, même la musique devait frôler la chute. p.31

L’arrivée imprévue de sa femme et de Luke son fils qu’il n’a pas revu depuis dix ans va perturber son quotidien. Le retour de ce fils futur pianiste de génie comme son père résonne comme un cataclysme sur cet endroit maudit. Mais n’est-ce pas la solution pour envisager la guérison de Max King, même si il faut faire tomber les masques et faire couler le sang car ce secret de famille et un secret qui tue.

Mon avis

Dès les premières pages on ressent de suite cette atmosphère oppressante, présente tout au long du roman due aux éléments naturels comme  l’eau, la forêt, la pluie, le froid et cette île dont les habitants survivent comme ils le peuvent car l’élément moteur, celui qui les faisait vivre grâce à son talent , favorisant l’économie de l’île avec la venue de ses admirateurs, n’est plus que l’ombre de lui-même. Comme si la vie s’était arrêtée après « l’accident. »

Les chapitres alternent autour de Susan et de Luke, deux personnalités de styles différents. On comprend relativement vite qu’un élément important est survenu, toujours nommé  »l’accident » sans en savoir plus pendant de nombreuses pages. Cela incite le lecteur à imaginer, supposer et à s’aventurer dans de nombreuses directions avec un suspens omniprésent et très angoissant. 

Un thriller psychologique assez lent qui distille subtilement la vérité mais ce que j’ai le plus apprécié, cet endroit retiré, lugubre à la frontière du Canada et des Etats-unis.

auteur

Un livre écrit à quatre mains par une mère et son fils.
Nicolas d’Estienne d’Orves est né en 1974 à Neuilly-sur-Seine. Passionné par les arts et la musique, il réalise après ses études de lettres plusieurs stages dans le milieu du cinéma et de l’opéra, puis commence une carrière journalistique en tant que critique.
Il a notamment collaboré au Figaro littéraire, à Madame Figaro, au Figaro Magazine, au Figaroscope, au Spectacle du Monde, à Classica et aux Echos. Il a également animé pendant quatre ans une chronique dans l’émission Étonnez-moi Benoît de Benoît Duteurtre sur France Musique.
Il est l’auteur de plusieurs nouvelles, essai et romans, parmi lesquels Othon ou l’Aurore immobile (Les Belles lettres), couronné par le Prix Roger-Nimier 2002, Les Orphelins du mal (XO Éditions), et le Dictionnaire amoureux de Paris (Plon).

 

 Née en 1955 à New York, Natalie Carter a fait ses études au Boston Museum School of Fine Arts.
Elle a passé de nombreuses années à cheval sur les pistes et les champs de course comme jockey d’entraînement et journaliste hippique, avant de mettre pied à terre. Elle commence alors à travailler pour la télévision, puis pour le cinéma.
Elle a notamment collaboré avec Claude Miller, Alain Corneau, Nicole Garcia, Jean-Paul Salomé, Lionel Delplanque, Christian Carion, Brian de Palma, Paul Verhoeven, Barbet Schroeder, Nathan Miller, Alain Tasma, Gilles Mimouni, Jean Daniel Verhaeghe, Christian Faure…
Scénariste, adaptatrice, dessinatrice, dialoguiste, Natalie Carter est également romancière : après Grandes Plumes (Stock) et Valdingue (Robert Laffont), elle publie en 2018 chez XO Éditions son troisième roman, Le Silence et la Fureur, qu’elle a écrit à quatre mains avec son fils, Nicolas d’Estienne d’Orves.


Le silence et la fureur – Natalie Cartier – Nicolas d’Estienne d’Orves                                           Parution mars 2018 – XO Editions

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s